homos-et-parents

Un lieu d'échanges pour les homos, en couple ou non, qui construisent leur famille
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
potiron
Battle On!
avatar

Nombre de messages : 1401
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes?   Sam 7 Avr - 7:48

http://sexes.blogs.liberation.fr/agnes_giard/2012/04/les-femmes-sont-elles-moins-fortes-que-les-hommes-.html#more

Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes?

Il semble normal de dire que les femmes sont physiquement moins fortes que les hommes. «La preuve: aux Jeux Olympiques, elles doivent concourir entre elle», affirment les tenants de cette opinion bien ancrée… Mais que vaut réellement cet argument?

Inga-waffen

Il existe des groupes d'auto-défense qui, au cours de stages réservés aux femmes, parviennent à convaincre celles-ci qu'il leur est tout à fait possible de couper en deux une épaisse planche de bois à l'aide du tranchant de la main. Le stage s'achève sur cette épreuve. Cela pourrait faire rire, et pourtant: quand les participantes qui viennent ici réparer leurs plaies ou simplement prendre confiance en elles se trouvent face au rectangle de pin brut, elles respirent un bon coup, elles frappent et la planche tombe, coupée en deux, sous leur propre regard médusé. «Je n'aurais jamais cru que je pouvais faire ça». Et pour cause. La société occidentale n'encourage pas les femmes à croire qu'elles sont aussi fortes que les hommes. Elles ne développent donc pas leur force. Pire: elles l'inhibent. Elles se disent qu'il est impossible pour une femme de rivaliser. A quoi bon essayer? Certaines pensent qu'il serait ridicule de vouloir suivre l'homme sur ce terrain: nous ne sommes plus au temps de Cro-magnon, disent-elles. C'est sur le plan intellectuel que nous devons faire nos preuves, voilà tout.

«Le problème, soulève Claire Greslé-Favier, docteure en études américaines et spécialiste des questions de genre et de sexualité, c'est que la force physique supérieure des hommes est souvent utilisée comme argument massue quand on parle de différence homme/femme». Partant du principe que l'homme est "naturellement" plus puissant, robuste et endurant, beaucoup de personnes pensent qu'il est donc "normal" qu'il se conduise de manière plus agressive et qu'il développe des comportements jugés "virils". Dans un article de 2004 consacré au mythe de la femme faible, Amanda Roth et Susan A. Basow racontent l'anecdote suivante: au cours d'un voyage d'étude, deux professeurs expliquèrent aux six étudiants de la classe qu'ils devaient s'occuper de transporter les bagages des filles. Il y avait vingt étudiantes. Cela faisait beaucoup de bagages. Mais les six garçons s'acquittèrent de la tâche avec un sérieux tel que ne laissant pas le choix aux étudiantes qui voulaient porter elles-mêmes leurs bagages, ils les leur portaient de force. Les filles qui protestaient passaient pour des féministes stupides. «Ces garçons sont galants, pourquoi le prendre mal ?», se moquaient les autres. La galanterie, bien sûr, est une forme de politesse à laquelle aucune société ne devrait renoncer. Mais est-il galant de vouloir transporter le bagage d'une femme qui ne le désire pas et qui préférerait le transporter elle-même? «Si les hommes avaient traité leurs camarades comme des inférieures sur le plan intellectuel, il aurait été normal qu'elles s'en offusquent, remarquent Amanda Roth et Susan A. Basow. Mais qu'elles soient traitées comme des inférieures sur le plan physique simplement parce qu'elles étaient des femmes, semblait parfaitement normal».

Bien sûr, il y a des femmes qui sont moins fortes que les hommes. Mais il y a aussi des hommes qui sont moins forts que les femmes. Tout le monde n'a pas les mêmes capacités physiques (ni mentales). Reste à savoir si ces capacités sont réellement inférieures chez les femmes, en raison de leur sexe. Pour Claire Greslé-Favier, rien n'est moins sûr. «Définir les femmes comme des êtres physiquement faibles témoigne d’un grand aveuglement», affirme-t-elle en prenant l'exemple des «tâches que les femmes exécutent dans les sociétés centrées sur le travail physique.» «Les femmes ont dans notre histoire partagé avec les hommes une grande part du travail agricole, s’adonnant à des tâches harassantes même enceintes et sur le point d’accoucher. Dans de nombreux pays en voie de développement, le travail de cultiver la terre et de ramener l’eau à la maison est essentiellement effectué par les femmes et implique de porter des charges extrêmement lourdes, voir en plus un enfant sur le dos». Oui, peut-être que les hommes chassent. Mais les femmes sarclent, binent, fauchent, creusent, tracent des sillons, cueillent, plantent et charrient des tombereaux depuis des siècles dans les campagnes. Qu'est-ce qui est le plus dur ?

«Il faut aussi prendre en compte le fait que la force physique dans la culture occidentale n’est pas valorisée pour les femmes, ajoute Claire Greslé-Favier. Un peu de muscle pour la fermeté mais surtout pas trop. Historiquement, l’oisiveté féminine étant une manifestation du statut social élevé de l’époux, la force physique, tout comme le bronzage (marque des travaux en extérieur), furent longtemps rejetés par un système idéologique qui aboutit au XIXe siècle à une grande séparation des sphères féminines et masculines et à un enfermement de la femme dans la sphère domestique. A l’époque romantique, l’extrême faiblesse physique, une pâleur de mourante et une tendance à s’évanouir caractérisent un certain idéal féminin, comme dans le roman La Dame aux Camélias. De nos jours, la minceur des cuisses des mannequins met en valeur une esthétique maigre et dépourvue de muscle. Pas étonnant alors que les corps féminins soient moins puissants physiquement que ceux des hommes pour qui cette caractéristique a, au fil des époques, presque toujours été valorisée».

Conclusion: si le corps des femmes est en général moins puissant, c'est seulement parce que les femmes ne sont pas encouragées à se muscler autant que les hommes. Elles doivent rester plus faibles qu'eux pour séduire. Plus fines. Plus menues.

«Bien sûr, il existe des différences biologiques entre les corps mâles et femelles, soutiennent Amanda Roth et Susan A. Basow. En moyenne, les hommes sont plus grands que les femmes de 10 à 15%, par exemple, mais ce n'est pas beaucoup, et cela ne justifie le mythe de la femme faible.» Il y a plus de volume musculaire chez les hommes en raison du niveau de testostérone, expliquent aussi les deux chercheuses, mais il semble prouvé que l'exercice physique permette de compenser la différence de niveau hormonal (1). En 1999, une étude réalisée sur deux groupes d'hommes montrait qu'ils avaient exactement la même puissance physique alors que le premier groupe avait reçu des injections multipliant par 5 la quantité de testostérone dans le sang. Le premier groupe était dopé, mais le second s'était entraîné sur des machines et avait compensé de façon naturelle. Il est donc possible d'avoir la même puissance qu'un homme… en faisant de la musculation. Tout simplement.

«Il est clair que les hommes ont plus de puissance physique dans le haut du corps, rajoutent Amanda Roth et Susan A. Basow, mais là encore il faut noter que les femmes peuvent compenser.» Dans les années 70, une étude avait prouvé que les femmes ne pouvaient soulever que 40% des poids avec les bras et 75% avec les jambes de ce que les hommes pouvaient soulever. La même étude montrait cependant que si l'on mesurait la puissance physique en fonction de la masse musculaire, les femmes étaient plus fortes que les hommes, surtout dans le bas du corps: avec les jambes, elles poussaient 110% de ce que les hommes pouvaient pousser. «Les muscles des jambes des femmes sont beaucoup plus puissants chez les femmes que chez les hommes», concluent les chercheuses qui ajoutent : «Et dans les sports qui demandent non pas de la puissance physique pure mais de l'agilité, de la souplesse ou de la résistance à la douleur, il semblerait aussi que les femmes soient égales sinon supérieures.» Si ce qu'elles disent est vrai, comment justifier la séparation hommes-femmes aux Jeux Olympiques ?

On pourrait parler de ségrégation. Claire Greslé-Favier, elle, s'interroge : «Dans beaucoup de sport ce n’est pas la force mais l’habileté qui est déterminante, est-il donc si pertinent de séparer les hommes et les femmes aux JO? Est-il possible d'imaginer un autre type de fonctionnement que ce système binaire?», demande-t-elle.

On peut se demander si cette separation n'est pas injuste et si elle ne perpétue pas un système qui fixe des limites aux performances des femmes. «Les athlètes femmes seraient peut-être meilleures si on les obligeait à se mesurer aux hommes», explique Claire. Une étude réalisée chez les halterophiles, confirme son propos: il semblerait que les femmes soient tout à fait capables de rivaliser avec les hommes, mais elles se fixent à elles-mêmes des limites, par peur d'avoir l'air trop masculines et d'abîmer ce corps qu'on leur a enseigné à soigner comme un bel objet (2). Sur le plan purement idéologique, la séparation homme-femme aux JO assigne aux femmes le statut d'inférieures "par principe", comme s'il était normal et naturel qu'on considère les femmes comme incapables de se mesurer à l'autre sexe. Imaginez maintenant que l'on décide de séparer les athlètes "blancs" des athlètes "noirs" (3), au nom d'une soi-disant égalité des chances ?

Claire Greslé-Favier est l’auteure de “Raising Sexually Pure Kids”: Sexual Abstinence, Conservative Christians and American Politics, Amsterdam, New York, Rodopi Press, 2009, elle a aussi publié de nombreux articles, notamment en français dans le volume collectif : Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités (19e-21e siècles), Véronique Blanchard, Régis Revenin, Jean-Jacques Yvorel (dir.), Paris, Éditions Autrement, 2010.

Note 1/ «Natalie Angier (1999) pointed out that science and society must be wary not to overcredit testosterone in the realm of muscle development. She cited a study in which one group of men abused steroids, whereas another group did not use steroids but diligently exercised. The steroid users had 5 times as much testosterone, in their bloodstream as the control group participants, yet after 10 weeks, each group had comparable strength. So increasing testosterone levels by five times was not enough to overcome the effects of exercise. Thus, although men have much more testosterone than women, strength differences between the sexes are likely to be mitigated by exercise.» (Source : "Femininity, Sports, and Feminism, Developing a Theory of Physical Liberation", par Amanda Roth et Susan A. Basow).

Note 2/ «Shari Dworkin (2001) in herwork regarding women weightlifters. She found that 75% of the women acknowledged a self-imposed glass ceiling—the maximum point they wished to reach in terms of strength and muscularity. Some women negotiated this goal by limiting the amount of lifting they did or by holding back. Many of the women claimed they held back to avoid growing large and looking masculine, although they also claimed that most women are not as able as men to build muscle. They appear to negotiate this contradiction by believing that they are an exception among women instead of trusting their own experience of being able to become large and strong as is normal for women.» (Source : "Femininity, Sports, and Feminism, Developing a Theory of Physical Liberation", par Amanda Roth et Susan A. Basow).

Note 3/ «Le Dr. Eric Anderson, professeur à l’université de Winchester propose des exemples intéressants sur le sujet. Il explique par exemple que de manière générale en athlétisme la plupart des concurents sont "noirs", on peut donc en déduire que les hommes "noirs" sont donc généralement plus forts que les hommes "blancs" en tous cas en ce qui concerne les caractéristiques physiques nécessaire pour ce type d’activité sportive. Pour autant, il ne vient à personne l’idée de séparer les "noirs" des "blancs" dans les compétitions d’athlétisme, ceci serait considéré comme le comble du racisme. Cependant, on argue que les femmes et les hommes ne peuvent concourir ensemble dans les événements sportifs profesionnels, parcque les femmes sont en moyenne moins fortes que les hommes, et personne ne considère cela comme sexiste.» (Source : Claire Greslé-Favier).
Revenir en haut Aller en bas
Maitre-Kiki
Maître Tronçonneuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 20899
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: Re: Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes?   Sam 7 Avr - 9:50

ils sont payés pour ça ces gens là? n'importe quoi.....
Revenir en haut Aller en bas
Pimpren'Elles
Modo en retraite
avatar

Féminin Nombre de messages : 14601
Age : 42
Date d'inscription : 22/06/2011

MessageSujet: Re: Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes?   Sam 7 Avr - 13:36

Mais oui, il y a aussi des femmes qui tronçonnent... Et c'est super dur, ça...! chatlol2
Revenir en haut Aller en bas
Maitre-Kiki
Maître Tronçonneuse
avatar

Féminin Nombre de messages : 20899
Date d'inscription : 24/04/2008

MessageSujet: Re: Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes?   Sam 7 Avr - 16:56

la tronçonneuse est au placard et ne risque pas d'en ressortir un jour.....

tronçonneuse échaudée...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les femmes sont plus intelligentes que les hommes…
» Pourquoi les bouches d'égouts sont-elles rondes?
» Les femmes sont rarement prises au dépourvu ....
» poésie : il y a des moments où les femmes sont fleurs
» Les femmes annonçant la bonne nouvelle sont une grande armée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
homos-et-parents :: L'actualité gay et lesbienne :: Actu nationale (France)-
Sauter vers: